Galerie d'Art de l'Impressioniste 'Kiki Kogelnik'

English Deutsch Español

Français Português Italiano

+1 (707) 877 4321

+33 (977) 198 888

Livraison gratuite. retours gratuits Tout le temps. Voir les détails.

KikiKogelnik

Kiki Kogelnik (née le 22 janvier 1935 à Bleiburg, mort le 1er février 1997 à Vienne) est une artiste autrichienne. Son travail concerne la peinture, la sculpture et l'installation. Elle est considérée comme une représentante autrichienne du Pop art même si elle a toujours nié cette appartenance.
Kiki Kogelnik commence ses études en 1954 à l'université des Arts Appliqués de Vienne (de) puis un an après, à l'académie des beaux-arts de Vienne. Elle appartient à un cercle de jeunes artistes d'avant-garde avec Arnulf Rainer, Wolfgang Hollegha, Josef Mikl (de), Markus Prachensky (de), Maria Lassnig qui se retrouvent à la galerie Nächst St. Stephan d'Otto Mauer (de). Elle y présente des œuvres abstraites s'inspirant de Serge Poliakoff.
En 1958 et 1959, elle va à Paris où elle rencontre l'artiste américain Sam Francis, avec qui elle déménage en Amérique en 1961. Elle passe un an à Santa Monica puis s'installe à New York en 1962. Elle côtoie entre autres Roy Lichtenstein, Claes Oldenburg, Andy Warhol, Larry Rivers, Tom Wesselmann. Elle se met alors à faire des happenings. Le travail de Kogelnik est fortement influencé par les couleurs prononcées et les supports du Pop Art. Contrairement aux artistes pop, elle évite la glorification de la consommation et la représentation des objets du quotidien. Au début des années 1960, elle commence à découper les silhouettes de ses modèles et amis dans du papier d'emballage et les utiliser dans ses toiles dans son atelier de Garment District.
Elle épouse en 1966 à Londres l'oncologue George Schwarz. Après la naissance de son fils Mono, elle revient à New York en 1967.
En 1969, elle expose à la galerie Nächst St. Stephan des sérigraphies s'inspirant de l'alunissage d'Apollo 11.
Dans les années 1970, elle commence à travailler sur la femme et critique son rôle dans la publicité. Elle aborde les idées féministes avec ironie, humour et fraîcheur de l'esthétique pop. En 1974, elle s'intéresse à la céramique et se sert de la forme plastique comme une extension de l'image. En 1978, elle produit au CBGB un court-métrage mettant en scène l'artiste punk Jim Carroll. Dans les années 1980, ses tableaux se composent d'objets du quotidien, de membres humains et de personnages dans son nouvel esthétisme. Durant les années 1990, les membres seuls sont de plus en plus présents et les visages davantage abstraits. Elle réalise aussi des sculptures de verre, des dessins et des gravures critiquant le mercantilisme et la décoration.
Kiki Kogelnik meurt d'un cancer le 1er février 1997 à Vienne et est enterrée à Bleiburg. Une fondation américano-autrichienne se crée avec son nom afin de valoriser son œuvre.
Sur les autres projets Wikimedia :

Plus...


Commandez Maintenant